menu

Sud

prev
next
Ces photographies couleur ont toutes été prises, sans exception, autour de la Méditerranée : clairs-obscurs ou ombres douces sur des paysages dont la plupart sont aussi ceux de mon enfance.

L’intention fondatrice de ces images rejoint ainsi ma démarche d’écrivain : montrer ce qui, parfois, au profit d’une concordance singulière des couleurs de la terre et des vibrations lumineuses de l’air, donne aux paysages et aux choses une étrangeté, un mystère sans cesse nous appelant. Il m’est souvent arrivé, au détour d’un chemin, de demeurer brusquement stupéfait devant ce qu’on pourrait nommer une indicible présence : comme une arche brusquement dressée entre un arrière-pays intime et un paysage réel que le miracle d’un instant met en harmonie avec cette intériorité reconquise.

J’aime me nourrir de ces inattendus, de ces brusques apparitions où l’image source se révèle à nous. Elle semble avoir toujours été là, éternellement disponible, nous entraînant avec elle dans la mémoire légendaire des mondes. Et c’est aussi à travers des mécanismes similaires à ceux induits par les souvenirs retrouvés que ces instantanés Polaroïd ont subi de multiples transferts, métamorphoses et arrachements de matière. Avant de témoigner, comme disait Rimbaud le poète, de ce que l’homme à cru voir. Et cru représenter, pourrait-on ajouter.

Les rivages de l'impossible
F.