menu

Passages

Zorba éditions/Pleine page (2005)

prev
next
Paysages profanes et paysages sacrés sont ici ramenés au même niveau pour dire que l’espace, après la pure définition géographique, est aussi une construction mentale propre à chacun.

Côte à côte, semblablement unis par le grain et le format panoramique, on trouvera donc le lieu de culte et la gravière désaffectée, la pierre dressée sur le passage de Saint Jacques de Compostelle et le terrain vague cerné de quelques pylônes. À chacun son paysage, à chacun son passage vers l’au-delà : avant ou après ou à côté de la représentation formelle. Passages, également, comme une jonction entre le dedans et le dehors ; entre le lieu imaginé, du rêve ou de la mémoire faillible, et celui que nos cartes et nos GPS désignent, lettres et chiffres à l’appui. À mi-chemin, ces photographies tentent de témoigner de cette ambiguïté originelle : si nous voyons ce qui est, il nous arrive aussi de voir ce que nous inventons.

Last zone
Une brûlure sur la joue