menu

Lisbonne

Éditions du Château d’eau/AFFA (1998)

prev
next
Des images, noir et blanc ou couleur, comme une succession de marques et d’empreintes d’une traversée pleine de mystères et de charmes poétiques : celle de la ville de Lisbonne.

La vision littéraire est ici absolument assumée, et sa dualité également, qui tente de faire voir le voyage intérieur autant que celui bien présent des rues, des places, des façades où dansent des ombres et des fantômes qui nous ressemblent. Images tremblées, flous vertigineux à travers lesquels se décompose une vie ordinaire ; nombre de passages et d’allers-retours entre le réel et le songe, comme si l’errance et le hasard de la rencontre arrivaient en mettre en scène leur propre monde : un monde de sensations et d’impressions refoulées, une dimension jusque là invisible, en marge de la réalité naturelle. Ici commence donc le vrai voyage, l’aventure où les images agissant comme des balises ambiguës aux troubles signaux tentent d’accaparer le lecteur dans une création commune : une ville intime, rêvée, un prodige des sens et du regard en alerte. Lisbonne telle quelle, finalement : une ville à soi et à l’histoire des hommes et des femmes qui l’ont bâtie.

Nocturnes 5.0
Le noir immédiat